Jour 9 : Sixième jour de raid : Rencontres

Certes nous espérions, non sans une certaine inquiétude, une rencontre avec le maître des lieux, l'ours polaire, mais bon…


Au matin, seul un lagopède vient rôder autour de nos tentes...
La rencontre potentielle avec un ours nécessite quelques précautions.
Bien que pouvant afficher plus de 500 kg sur la balance, l'ours se permet des performances olympiques avec un 100m en moins de 10 secondes.
Afin de compliquer encore un peu les choses, l'espèce est protégée ; ce qui a pour principale conséquence que l'on ne peut tirer dessus qu'à moins de 20 mètres… soit 2 secondes chrono !
Une telle perspective impose quelques mesures drastiques.
 
Avant toute chose éviter la confrontation.

Les ours, où plutôt " L'Ours " - au singulier par respect, est attiré par les odeurs de nourriture. Capable de sentir un phoque sous 2m de glace, la barre Mars sous 3mm de fourrure polaire fait figure d'enseigne gastronomique à ses yeux.
Nous élaborons donc notre camp en fonction du vent. L'Ours approche toujours en remontant le vent. Nous disposons donc nos tentes au vent de la tente mess et des chiens.
Puis nous entreposons le stock de nourriture dans un trou à la perpendiculaire de l'axe du vent, à environ 100m.
Malgré tout, le seigneur de l'arctique pourrait bien s'approcher plus près.Il nous reste alors deux niveaux de défense. Les lance-fusée personnels sont sensés inquiéter la bête et la détourner. Nous ne les quittons jamais y compris pour de naturels besoins.

Si l'animal insiste il reste le pistolet d'alarme, vite complété par le 44 magnum à visée laser.
Heureusement, de pacifiques rennes seront les plus gros animaux rencontrés au cours de ce raid.